Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pizzo : l’effroyable manipulation géopolitique N° Acht (8). Le pédophile criminel feu Pape Jean Paul II est le donneur d’ordre de l’assassinat de Robert Calvi > par les agents du Monseigneur Paul Casimir Marcinkurs... .

4 Janvier 2014

Dans la nuit du 28 au 29 septembre 1978, le feu Pontife Jean Paul 1er a été assassiné par les commanditaires de la CIA, que sont les cardinaux Stefan Wyszynski, Josef Karol Wojtyla(uture Jean Paul II), Jean Marie Villot, et Mgr Luigi Poggi. Et, le deuxième conclave de cette année 1978, élut le lundi 16 Octobre 1978, le polonais Jozef Karol Wojtyla, devient Pape sous le nom de Jean Paul II. Quelques jours après son accession au trône pontifical, il ordonne à son compatriote, le révérend père jésuite Kazimierz Przydatek, d’assassiner quatre Cardinaux italiens entre autres Giovanni Benelli, Edigio Vagnozzi, Sergio Pignedoli et Pericle Felici, et le français Jean Marie Villot par empoisonnement(Lire le N° 4 de notre série l’effroyable manipulation géopolitique). Or ces cardinaux et les deux services secrets pontificaux avaient effectué sur demande de défunt Jean Paul 1er, des enquêtes et préparé les rapports sur le scandale de l’institut des œuvres religieuses(IOR) ou la banque du Vatican dirigée par Mgr Paul Casimir Marcinkus. Ils avaient remis au défunt Jean Paul 1er, puis au nouveau Pape polonais, Jean Paul II, les rapports de leurs enquêtes. Mais curieusement, le Pape Jean Paul II classe ces rapports d’enquêtes sur la banque du Vatican et maintient le prélat américain d’origine ukrainienne Paul Casimir Marcinkus à la tête de cette institution financière.Le feu Pontife Jean Paul II a fait assassiner tous ces Cardinaux parce qu’ils étaient au courant des contenus de la réunion secrète de Cracovie(Pologne) avec l’ex directeur de la CIA et les rapports d’enquêtes sur le scandale de l’IOR.

Pourtant ce n’est qu’une partie remise pour lui. Car concernant le fameux scandale de la banque du Vatican et ses blanchissements d’argent sale dans les paradis fiscaux via des sociétés écran, il restait des laïcs en relation avec la mafia sicilienne (des familles Bonanno, Colombo, Gambino, Genovese, Inzerillo, Lucchese et Spatola,) le Grand maître franc maçon de la loge P2( qui regroupe 121 membres dont les cardinaux, évêques, prêtres et officiers du Saint siège) Lucio Gelli, Umberto Ortolani, Michele Sindona et Roberto Calvi(surnommé le banquier de Dieu) qui étaient aussi au courant de cette affaire de la banque du Vatican. Mais le Pontife Jean Paul II, avait épargné malicieusement comme tout bon dictateur sanguinaire, pour les raisons de la cause polonaise du syndicat solidarnosc. Ainsi, il maintient au poste de directeur de la banque du Vatican Monseigneur Marcinkurs qui gère les 19 des sociétés écran(shadow companies), et dont le plus rentable est la Bellatrix dont le siège est à Panama.Les activités de blanchissement d(argent sale)de ces sociétés écran de la banque du Vatican, sont gérées par des laïcs, Roberto Calvi et Michele Sindona, et financement en partie, le syndicat Solidarnosc. Dejà ces deux laics avaient commencé par avoir des problèmes à la suite d’une lettre annonyme d’un repenti mafieux, Luigi Cavallo le 21 novembre 1977 aux autorités italiennes. Pourtant, ils sont maintenus à leurs postes.

Et en 1979, les pertes de la banque du Vatican s’élevait à 200 millions de dollars et sont estimés 280 millions pour l’année1980. Le Cardinal Sergio Guerri, sonnent l’alarme en informant Jean Paul II que si cette tendance, se confirmait, en 1985, l’Etat du Vatican serait en faillite. Pendant cette même période de 1978 et 1979, les dépôts de la banque du Vatican dans les banques étrangères ont atteint 1300 millions de dollars. Et, la totalité des fonds déposés à l’intérieur et à l’extérieur avoisinait 2500 millions de dollars. Pourtant Jean Paul II a caché cette réalité aux Cardinaux Benelli et Felici lors d’une réunion. Roberto Calvi, chargé des opérations de la société Bellatrix pour le Vatican, continuait toujours ses affaires louches qui servent à financer les opérations subversives en Pologne, en Grèce et Argentine.

Mais en 1981, le premier Ministre Margareth Thatcher ordonne aux services secrets anglais MI6 des opérations clandestines en Argentine. Le MI6 découvre que les services secrets du Vatican, sous ordre de Jean Paul II avait monté une opération clandestine dénommée << Poisson volant >> financée par des sociétés écran du Vatican gérée par Roberto Calvi. Cette opération << Poisson volant >> était destiné à aider la junte militaire en Argentine à se procurer d’un missile Exocet qui décollera de la base aéronavale argentine de Rio Grande.Ce complot est découvert par les anglais,créera dès lors à Roberto Calvi des ennuis.Il fut donc dans les mailles des agents de MI6 et paniqua. Et, le 31 mai 1982, il se plaint au Cardinaux dont Pietro Palazzini et menace le Vatican de raconter tout ce qu’il sait aux autorités monétaires italiennes. Le 7 juin 1982, il lance une première bombe d’avertissement au Vatican en déclarant devant le conseil d’administration la situation de la banque du Vatican et affirme que si elle ne rembourse pas ses crédits, elle sera en faillite. Le lendemain Roberto Calvi reçoit un agent des services secrets du Vatican, Alvaro Giardili qui est venu de l’informer que sa femme et ses enfants sont en danger de mort. Alvaro Giardili était également un tueur de la mafia, tout comme Vincenzo Casillo qui opéraient des assassinats pour Monseigneur Marcinskurs et les services secrets du Vatican. Pourtant, les menaces d’Alvaro Giardili, ne décourage pas Roberto Calvi, qui continue ses menaces. Il s’est plaint devant des inconnus que le prélat Marcinkurs pour éviter d’être mise en examen par le service de contre espionnage du Vatican avait pris sans permission des caisse de IOR, 100 millions de dollars, destinés au syndicat Solidarnosc de Lech Walesa. A travers cette confidence, il devenait donc très dangereux non seulement pour la banque du Vatican, mais pour les services secrets du Vatican et leurs agents en Pologne et dans d’autres pays, et a Jean Paul II.
Selon les archives des services secrets anglais MI6 et du Vatican, Jean Paul a ordonné à Monseigneur Paul Marcinkurs quelques jours après cette révélation d’’assassiner Roberto Calvi. Mais, malin, Paul Casimir Marcinkurs démissionne tout d'abord du conseil d’administration de la Banca Ambrosiana overseas limited(BAOL) qui a son siège à Nassau(Bahamas) le 14 juin 1982. Et, à travers cette banque BAOL, la banque du Vatican IOR, a fait sortir de l’Italie sans contrôle près d’un milliard de dollars. Le 15 juin 1982, Roberto Calvi arrive à Londres et se loge à l’hôtel Chelsea cloisters, chambre 881. Le 16 juin 1982, l’espionnage du Vatican intercepte une de ses communications téléphoniques avec sa femme où il dit qu’ il craignait << les hommes noirs(agents des services secrets du Vatican) qui entourent Paul Marcinkurs. Ils savent toujours me localiser >>. Il n’a pas tort. Le 17 juin, 1982, il est destitué du la banque BOAL. Et, à 22 heures, deux hommes italiens, Alvaro Giardili et Vincenzo Casillo(selon les documents de MI6 et services secrets pontificaux) sont venus le chercher à son hôtel. Ils sortent par la porte de derrière à l’insu du réceptionniste et montent dans une limousine noire. Roberto Calvi sera retrouvé pendu sous le pont londonien de Black friars le lendemain. Paix à son âme. Le 18 juin 1982 sa fidèle secrétaire Graziela Corrocher sera morte à Milan d’un assassinat déguisé en suicide. Les médias aux lendemains de ces assassinats ont organisé comme d’habitude la désinformation. Ils ont accusé la loge maçonniques P2 de Lucio Gelli, en omettant sciemment ou du moins par manque des informations crédibles, les services secrets du Vatican, l’exécuteur le prélat Marcinkurs et le donneur d’ordre de l’assassinat feu Jean Paul II. Chaque catholique appréciera s’il faut canoniser Jean Paul II ou pas.

A charge pour les Cardinaux Tarcisio Bertone, Giovanni Battista Re, Camillo Ruini, Pietro Parolin, Stanislas Dziwisz, le prélat Slawomir Oder, Nicolas Eterovic, le mouvement Foccolari, aux théologiens, des canonistes, des agents de relais médiatiques entre autres l’italien Saverio Gaeta, et la française Caroline Pigozzi. Nous mettrons d’ores et déjà à défi tous nos contradicteurs éventuels y compris les groupes de médias. La Ligue pontificale ne se laissera pas distraire par un groupe de lobbies qui cherche à polluer le pontificat du miraculé de Rome, le Patriarche universel François. Tous derrière le Pape François.

NB : Tout comme elle vous l’a confié récemment, la Ligue pontificale, ne publiera pas les notes confidentielles par respect de la parole donnée aux membres de sa commission d’enquête et au Pape François. Mais lorsque nos contradicteurs vont vouloir nous faire passer pour des menteurs, la Ligue pontificale n’écarte pas de publier les notes confidentielles en fac-similé et mettra tout le monde devant ses propres responsabilités.
Sources :
-commission d’enquête indépendante de la Ligue pontificale sur la démission du Pape Benoît XVI
-services pontificaux. La Sainte alliance et Solidatium Pianum
-Département reparto-crittografico de la Secretairerie d’Etat
-confidence du sécrétaire particulier du feu Cardinal Jean Marie Villot
-Confidences de proches de feux Cardinaux(Stefan Wyszinki, Giovanni Benelli, Edigio Vagnozzi, Laszlo Lekai, Bernardin Gatin, Jean Marie Villot, Paul Gouyon, Carlo Confalonieri, Silvio Oddi, Antonio Samore Pietro Palazzani, Luigi Poggi Guisseppe Siri, Giovanni Colombo, Pigneoli, Bafile, Felici, Sebastiano Baggio)
-Archives de la CIA
-Club Cardinal Tisserant
-Confidences de William Casey et A. Dulles, ex directeurs de la CIA pendant la guerre froide
-archives de BND
-archives déclassifiées du MOSSAD
-archives de GRU et du KGB
-confidence des ex membres de Iadz Patriota polonais
-SB polonais
-confidences et témoignages d’Evêques, prêtres et religieuses.
PS : photo de feux Roberto Calvi, Jean Paul II et du Cardinal Marcinkurs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article